Georges BARRIOLConseiller Général du canton de Vaugneray
Vice-Président chargé des Transports

Rubriques

Archives 2004

 01   02   03 
 04   05   06 
 07   08   09 
 10   11   12 

--» 2001

Autres articles

Sur les chemins de Compostelle (suite)
A VTT du Puy à Saint Jean Pied de Port

RubriqueEn savoir plus.
Publié le 2 septembre 2004

C’est le dimanche 22 août que notre trio - Michel, Paul et Georges - « débarquait » au Puy en Velay en direction de Saint Jean Pied de Port. Température de 7° obligeant le port de vêtements chauds et à se chauffer les muscles !

Monistrol d’Allier (Haute Loire)

Topographie au relief tourmenté, notamment avec les gorges de l’Allier qui nous mettent bien en jambes... Le gîte d’étape de Saint Alban de Limagnole, dans la Lozère, est particulièrement apprécié.

Esplantas (Haute-Loire)

L’Aubrac et ses paysages magnifiques mais difficiles à escalader (1340 m), puis les gorges du Lot, les gorges de la Truyère, Aumont Aubrac, Nasbinals et nous sommes dans l’Aveyron et arrêt à Golinhac, village pittoresque en bordure du GR 65 emprunté par les pèlerins pédestres, mais peu praticable en VTT.

Golinhac (Aveyron)

Gros orages dans la nuit et un départ très humide en direction de Conques, belle bourgade qui fait un peu penser à Pérouges, un versant des Causses très vallonné et déconcertant par l’alternance de côtes et de descentes, - une ou deux montées sont terminées à pied pour ma part- puis le département du Lot et Garonne avec Cajarc qui nous rappelle obligatoirement le sketch de Coluche « Le Schmilblic » avec Moulineau, marchand d’articles de pêche...à Cajarc.

Lauzerte (Tarn et Garonne)

Départ de Larnagol, au bord du Lot, dans le brouillard, puis traversée difficile de la ville de Cahors pour une nuitée à Montcuq dans un très confortable gîte d’étapes à l’accueil très convivial.

L’agréable gîte du Soleillou à l’entrée de Montcuq (Lot et Garonne)

Ne pouvant emprunter le GR 65 en raison des difficultés obligeant à porter les vélos à certains endroits, notre choix se porte sur la route où deux options s’offrent à nous : emprunter les petites routes mais qui nous font affronter le relief ou choisir des départementales plus chargées en circulation mais moins tourmentées. C’est la seconde solution que nous choisissons, plus dangereuse certes car à deux ou trois reprises des poids lourds nous font nous précipiter dans les talus pour notre survie !

Lectoure et sa Cathédrale

Enfin le Gers avec Lectoure et sa cathédrale visitée - repos et repas (magret de canard) appréciés, Nogaro, Sainte Christie d’Armagnac et nous franchissons le département des Landes à Aire sur Adour afin de gagner quelques kilomètres pour nous ménager une « marge de manœuvre » sur nos délais de route. Le soir, dans un gîte d’étapes particulièrement accueillant, nous découvrons le « floc » apéritif du secteur - mélange d’armagnac et de vin - auquel nous succombons pour faire couleur locale (mais on ne contrôle pas encore l’alcoolémie des cyclistes !)

Le Gîte de Monneton et son "floc" apprécié

Le département des Pyrénées Atlantiques est rapidement franchi pour l’étape la plus longue (135 kms) avec Arzacq Arraziguet, Arthez de Béarn, Orthez, Saint Palais, Ostabat et enfin, ce 28 août le point de destination de Saint Jean Pied de Port, aux portes de l’Espagne, et au pied du Col de Roncevaux d’où nous étions partis il y a 4 ans pour Saint Jacques de Compostelle.

Enfin Saint Jean Pied de Port !

Près de 800 Kms auront été parcourus en 8 jours. Parcours certes un peu éprouvant, mais intéressant par la découverte de ces beaux paysages de la France profonde, par les contacts agréables avec une population fort aimable et toujours prête à nous renseigner. Séjour propice à la décompression et au vide de l’esprit pour reprendre de pied ferme les activités de la rentrée imminente...




Réalisation w3clic création - Squelette SPIP d'Atypik {.biz}